Logo ARS


Pacte Territoire Santé

Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a présenté jeudi 26 novembre à Dijon, un plan pour inciter les médecins libéraux, en particulier les plus jeunes, à exercer dans les territoires manquant de professionnels. Ce "Pacte Territoire Santé 2" propose des mesures inédites adaptées aux besoins des médecins, mais aussi l’amplification des actions qui ont fait le succès du premier volet, présenté en décembre 2012. Avec un objectif simple : que chaque Français puisse se faire soigner facilement près de chez lui partout sur le territoire.

Lutte contre les déserts médicaux :
10 engagements autour de 2 axes pour que chaque Français puisse se faire soigner près de chez lui

 

AXE I - PERENNISER ET AMPLIFIER LES ACTIONS MENEES
DEPUIS LE PACTE TERRITOIRE SANTE 1

Engagement 1 : développer les stages des futurs médecins en cabinet de ville

Jusqu’alors réservé aux étudiants en médecine générale, les stages en ville seront ouverts aux étudiants d’autres spécialités comme l’ophtalmologie ou la pédiatrie.

En région, 100 % des étudiants de la faculté de médecine de Tours effectuent un stage en médecine générale et certains réalisent un stage chez un spécialiste libéral, notamment en pédiatrie.

Engagement 2 : faciliter l’installation des jeunes médecins dans les territoires fragiles

Renforcer les aides à l’installation des jeunes médecins dans les  territoires fragiles (objectif de 1 000 généralistes ou autres spécialités installés d’ici 2017, grâce à des garanties de revenus ouvertes aux généralistes depuis 2012, mais désormais aux spécialistes également)

Depuis 2010, 52 contrats d’engagement de service public ont été signés et depuis 2013, 37 praticiens territoriaux de médecine générale se sont installés dans notre région.

Engagement 3 : favoriser le travail en équipe, notamment dans les territoires ruraux et périurbains

Le soutien financier apporté au travail en équipe (1 000 maisons de santé en fonctionnement d’ici 2017) et la création ou rénovation de maisons ou centres de santé dans les quartiers prioritaires de la ville, grâce à un partenariat avec la caisse des dépôts et de consignations

En région Centre-Val de Loire, 52 maisons de santé pluridisciplinaires déjà en fonctionnement et 40 bientôt ouvertes.

Engagement 4 : assurer l’accès aux soins urgents en - de 30 minutes

L’augmentation du  nombre de médecins correspondants du SAMU (700 d’ici 2017) pour garantir l’accès aux soins urgents en moins de 30 minutes partout sur le territoire.

35 médecins correspondants du SAMU implantés dans les départements du Cher et de l’Indre.

AXE II - INNOVER POUR S’ADAPTER AUX BESOINS DES
PROFESSIONNELS ET DES TERRITOIRES


Innover par la formation

Engagement 5 : augmenter de manière ciblée le numerus clausus régional pour l’accès aux études de médecine

Hausse de 6.4 %, de manière ciblée, du numerus clausus dans 10 régions manquant de médecins

9 % pour la Faculté de médecine de Tours.

Engagement 6 : augmenter le nombre de médecins libéraux enseignants

Doublement du nombre de médecins généralistes "chefs de clinique" d’ici 2017 et une revalorisation de la rémunération versée aux maîtres de stage

Actuellement 4 chefs de cliniques en médecine générale en région Centre-Val de Loire.

Engagement 7 : soutenir la recherche en soins primaires

Innover dans les territoires

Engagement 8 : mieux accompagner les professionnels de santé dans leur quotidien

L’ouverture d’un portail d’accompagnement des professionnels de santé (www.paps.sante.fr), pour les aider de leur installation à leur exercice quotidien, avec une déclinaison dans chaque région

Consulter le portail d'accompagnement des professionnels de santé en région

Engagement 9 : favoriser l’accès à la télémédecine pour les patients chroniques et pour les soins urgents

Un investissement de plus de 40 millions d’euros pour développer la télémédecine en ville, en particulier pour les patients chroniques et les soins urgents

Actuellement 200 sites financés par l’ARS Centre-Val de Loire

Engagement 10 : soutenir une organisation des soins de ville adaptée à chaque territoire et à chaque patient

Un accompagnement  financier spécifique des cabinets médicaux pour accueillir des patients sans rendez-vous, pour éviter le recours aux services d’urgence lorsque ce n’est pas nécessaire

Des expérimentations probantes pour notre région

-

L’Agence régionale de santé Centre-Val de Loire travaille en lien très étroit avec la Faculté de médecine de Tours dans la déclinaison du Pacte Territoire Santé.